Accueil > Récits > Un contrat passé avec l'environnement de la ferme dans le cadre d'un CTE vendéen 

Un contrat passé avec l'environnement de la ferme dans le cadre d'un CTE* vendéen 

Je me suis installée en 1982 sur une exploitation de 24 ha dans le bocage vendéen.  Les pratiques agricoles et remembrements divers y ont quelque peu dégradé le paysage, et appauvri la diversité en flore et faune, qui reste néanmoins intéressante en regard d'autres secteurs de la Vendée.

A l'époque, j'élevais des génisses laitières en contrat avec les agriculteurs alentour.  La mise en place des quotas : c'est alors une activité d'accueil à la ferme que j'ai développée.  Un accueil lié au tourisme rural (gîte, camping) mais aussi en rapport avec les activités économiques de la région (mobil home pour l'hébergement de personnes travaillant dans le coin de façon plus ou moins provisoire), et aussi un accueil en lien avec les enfants (ferme pédagogique), ceci avec le label Accueil Paysan.

Bien que travaillant à l'extérieur (éducateur), mon mari joue un rôle très important dans l'aménagement de la structure d'accueil, et par le lien privilégié qu'il entretient avec le monde environnant et les besoins d'accueil qui s'y manifestent.

Avec l'évolution prise par l'agriculture ces dernières années, la base agricole de la ferme s'effrite par perte progressive des contrats, faute d'élevages laitiers intéressés.  Dans ce contexte, le CTE est l'occasion de repenser toutes ces activités, de les remettre en phase, entre elles d'une part, avec le territoire d'autre part.

Le projet sera d'avoir 15 vaches allaitantes (limousines) en 2002, avec l'achat de vaches et laitonnes fin 2000, pour un vêlage au printemps 2001 et 2002.

Cette conversion en 2 ans me laissera le temps d'acquérir de nouvelles compétences, en particulier je commence un passage en agriculture biologique.

Les personnes accueillies chez nous sont de plus en plus sensibles à la démarche qualité, à la façon de travailler sur la ferme.  Elles ont aussi une demande de confort qui implique des aménagements (une salle chauffée dans le camping l'hiver).

La quête de découverte de la nature est un atout pédagogique du lieu.  C'est pourquoi en lien avec l'association des Naturalistes Vendéens, je projette l'aménagement d'un observatoire à oiseaux, et la restauration d'une mare.

Enfin, plantation de haies et souci d'intégration paysagère des bâtiments (remplacement des mobil home par des chalets en bois) constituent un complément logique de ce projet.

Le CTE, c'est des moyens pour mettre en oeuvre tout ça.  Mais il aura été dans mon cas surtout l'occasion de mettre mon lieu de vie en meilleure adéquation avec ses vocations de production et d'accueil.  Ceci en lien avec les autres acteurs du territoire, ceux qui y vivent, ceux qui y passent.

Le remembrement en cours est aussi un aménagement territorial : à cette occasion nous implanterons des haies, à contre-courant, il faut bien le dire, des pratiques habituelles notre manière d'aborder l'environnement intègre les besoins des gens que nous accueillons à la campagne et qui enrichissent notre point de vue d'agriculteur.

Finalement, les contrats que j'avais avec les éleveurs environnants seront devenu un contrat plus global que je passe avec mon environnement, naturel mais surtout humain.

Une nouvelle identité s’est dégagée, avec des activités en proportions économiques différentes, mais avec une relation au territoire qui me semble bien complète.

 

Marie-Hélène TANGUY
Accueil Paysan, Vendée

In Alternatives rurales n°76, 10/2000. Préfaucon 38710 Mens

*CTE contrat territorial d'exploitation

Créatrices et créateurs d'activités | Accompagnateurs
Elus et responsables locaux | Etudes | Témoignages et exemples | Contacts
Bibliographie | A propos de Diane | Quoi de neuf ?

http://www.globenet.org/diane

site réalisé grâce au concours du Fonds Social Européen
site créé à l'initiative des réseaux associatifs AFIP, PEC et FNFR