Accueil > Elus et responsables locaux > Financer la création d'activités > Se repérer dans la diversité des financements solidaires et de proximité

Se repérer dans la diversité des financements solidaires et de proximité

Les produits financiers à vocation solidaire permettent à tout épargnant de participer concrètement à la lutte contre l'exclusion et le chômage.

 

I. Les modes de collecte des fonds

Par le biais de l'épargne solidaire, l'épargnant peut placer son argent dans des outils financiers (Fonds commun de placement (FCP), Sicav, livret...) à vocation solidaire : ils sont conçus pour permettre le financement d'organismes de solidarité nationale ou internationale, en particulier d'opérateurs financiers solidaires qui soutiennent des projets économiques de chômeurs et de personnes en difficulté.

Plusieurs possibilités existent pour l'épargnant.

II peut rechercher un placement rentable mais il souhaite choisir la destination de son épargne. Les fonds éthiques (FCP ou Sicav) comportent des valeurs boursières compatibles avec des convictions définies (créations d'emplois, insertion sociale, activités respectueuses de l'environnement...). Dans ce cas, l'épargnant perçoit la totalité du rendement de son placement, il est soumis à la fiscalité commune aux Sicav et FCP classiques. Les comptes à terme, livrets et Codevi à vocation solidaire relèvent du même mode de fonctionnement (ils sont proposés par exemple par la Nef ou le Crédit coopératif).

Mais l'épargnant peut aussi choisir de placer son capital en abandonnant une partie des revenus. Avec ces fonds de partage, une partie des revenus des Sicav ou des FCP est allouée à des opérateurs de terrain (financiers solidaires, associations de solidarité nationales ou internationales). Le reste est capitalisé ou distribué. L'épargnant bénéficie alors d'une réduction d'impôt.

Enfin, l'épargnant peut souscrire des parts de capital d'opérateurs financiers ou d'entreprises en création ou en développement. Avec cette épargne directe, il peut adhérer à un club d'investisseurs et ainsi souscrire directement au capital d'entreprises. Dans ce cas, l'épargnant bénéfice d'avantages fiscaux. De même, il peut acheter des actions ou des parts sociales dans le capital d'opérateurs financiers solidaires. Dans ce cas, il prend un risque d'associé en immobilisant son capital de façon plus durable. Son statut d'associé lui permet de percevoir des dividendes.

II. Les opérateurs et les modes d'utilisation

Le financement solidaire, c'est bien sûr une forme de collecte de l'épargne, mais c'est aussi une forme d'utilisation de cette épargne pour (e financement d'activités économiques dans un but social et de création d'emplois. L'argent " solidaire " est prêté, utilisé comme garantie ou investi dans de petites entreprises. C'est le domaine d'action de différents opérateurs financiers qui ont leur spécificité.

Le capital-risque a ainsi ses dérivés dans la sphère du développement local et de la solidarité. À la base, le capital risque consiste en une intervention en capital dans des entreprises en création ou en développement visant à acquérir une part de leur capital : devenus actionnaires, les investisseurs partagent les risques avec le créateur d'entreprise et se rémunèrent par des plus-values réalisées lors de la revente de leur part. Les sociétés de capital-risque de proximité trouvent leur raison d'être dans le développement économique et de l'emploi de telle ou telle région. Le capital-risque de solidarité se porte davantage sur des entreprises en création ou en développement. La plus-value éthique et sociale l'emporte alors sur les plus-values financières qui restent limitées. Les clubs d'investissement en indivision sont des regroupements d'investisseurs qui interviennent dans le capital d'entreprises. Constitués de 5 à 20 personnes pour 5 ans renouvelables une fois, ils acquièrent des parts du capital. De par leur capacité financière limitée, ils soutiennent plutôt des micro?projets. Ce sont par exemple les Cigale et les Clefe. Ces structures de capital risque accompagnent le créateur d'entreprise avant et après le démarrage de la société. Certaines se sont spécialisées, qui dans l'insertion, qui dans les magasins de produits bio, et ont ainsi acquis une meilleure connaissance des marchés, de la concurrence, des risques.
Les organismes financiers de crédit ou de garantie prolongent l'action des clubs d'investisseurs dans la mesure où ils disposent d'une capacité de financement plus forte et permettent donc des investissements plus lourds. Ainsi les sociétés coopératives de capital telles que Garrigue ou Autonomie et Solidarité. Leur mode d'organisation est variable. La Caisse solidaire du Nord Pas-de-Calais ou la Nef prêtent de l'argent sur des fonds propres qu'ils ont directement collectés. À l'inverse, l'Adïe ne collecte pas directement l'épargne mais prête de l'argent mis à sa disposition par des banques telles que le Crédit coopératif. Cette association reçoit, pour son fonctionnement et à titre de garantie, des subventions publiques (ministère de l'Emploi…) et des subventions privées (fondations...). Ces prêts - il peut s'agir aussi de garanties ou de caution - sont destinés aux personnes défavorisées exclues des des circuits bancaires classiques. Le fonctionnement du Fonds France active est proche de celui de l'Adie mais concerne plus largement le développement économique. Enfin, les collectivités locales, et les sociétés d'économie mixte qu'elles mettent en place, jouent un rôle de relais financier, de garantie d'emprunts ou de mise à disposition d'équipements pour les projets locaux, leur champ d'intervention se limitant principalement aux investissements d'équipement.

Extrait de "Territoires et création d'activités" 
FNFR, AFIP et PEC 
Projet NOW Diane

Créatrices et créateurs d'activités | Accompagnateurs
Elus et responsables locaux | Etudes | Témoignages et exemples | Contacts
Bibliographie | A propos de Diane | Quoi de neuf ?

http://www.globenet.org/diane

site réalisé grâce au concours du Fonds Social Européen
site créé à l'initiative des réseaux associatifs AFIP, PEC et FNFR