Accueil > Elus et responsables locaux > Avec qui travailler ? >Emplois-jeunes

Les emplois-jeunes : une aide à la création ?

Très vite, après avoir repéré une nouvelle activité potentielle à partir de besoins non satisfaits se pose la question de son financement. La difficulté est accrue si cette activité a un caractère d'utilité sociale et s'inscrit dans un secteur non marchand.

L'État a cherché à valoriser le vivier que constituent de telles activités tout en s'attaquant au problème de l'emploi des jeunes. De ce fait, le programme Nouveaux services - emplois jeunes paraît destiné seulement aux jeunes. Toutefois, considéré dans une logique collective telle que celle des territoires en développement, l'aide financière proposée par l'État (financement d'un emploi-jeune durant cinq ans sur la base d'un montant forfaitaire de 95 000 francs par an (donnée 1999), soit 80% du SMIC chargé) joue un effet levier qui dépasse le seul emploi subventionné. Cet effet est d'ailleurs facile à concevoir dès lors que le bénéficiaire exerce son activité dans une structure collective telle qu'une association. Il permet d'en élargir le champ d'activité, voire de créer de nouvelles activités, tout en limitant la prise de risque propre à l'expérimentation.

Par les moyens qu'il apporte, le programme a ainsi permis de concrétiser la mise en place d'activités dont l'idée n'avait pas encore pu aboutir, faute de moyens, comme l'illustre l'exemple suivant.

En 1992, Claude et sa fille Béatrice, alors étudiante, engagent une réflexion sur l'avenir de l'exploitation familiale. En 1994, la ferme s'oriente vers l'accueil de groupe d'enfants dans le cadre des activités scolaires et durant les vacances. Béatrice s'installe en 1998 en continuant de tenir le pari qu'il peut exister sur la ferme des activités qui sont sources d'autonomie et d'utilité sociale. Et de repérer des activités pouvant répondre aux besoins des enfants des quartiers de Metz, ville de 200 000 habitants située à 18 km : jardinage, soins aux animaux, fabrication de pain… Après la mise en place de ces formes d'accueil et de classes d'environnement, la réflexion s'engage sur les rapports ville-campagne. Mais, toute proche, la ville conserve cependant ses secrets : prendre contact avec des acteurs urbains se révèle difficile. Il faudra qu'à la faveur d'une réunion de l'Unadel (l'Union nationale des acteurs et des structures de développement local, qui relate cet exemple dans le guide Territoires d'avenir et emplois-jeunes), Claude rencontre une personne de la Mission locale de Metz. Cette dernière va aiguiller Béatrice et Claude vers l'AIEM, une association messine qui accompagne des femmes des quartiers sensibles. De cette rencontre va naître un nouveau projet fondé sur les ressources de la ferme et les attentes des habitants des quartiers. Pour le concrétiser, une association va être créée qui réunira l'AEIM, la ville de Metz et la ferme pédagogique et qui va embaucher un emploi-jeune. Il aura deux tuteurs : Béatrice à la campagne, une personne de l'AEIM à la ville.

Nouveaux services - emplois jeunes : deux guides pratiques

  • Nouvelles activités, Guide pratique, Ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, novembre 1999.
  • Territoires d'avenir et emplois-jeunes, De bonnes pratiques de développement local, Union nationale des acteurs et des structures de développement local (UNADEL), 1999.

Extrait de "Territoires et création d'activités" 
FNFR, AFIP et PEC 
Projet NOW Diane

 

 

Créatrices et créateurs d'activités | Accompagnateurs
Elus et responsables locaux | Etudes | Témoignages et exemples | Contacts
Bibliographie | A propos de Diane | Quoi de neuf ?

http://www.globenet.org/diane

site réalisé grâce au concours du Fonds Social Européen
site créé à l'initiative des réseaux associatifs AFIP, PEC et FNFR