Accueil > Elus et responsables locaux > Financer la création d'activités >Les CIGALES

Les CIGALES : Clubs d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Épargne Solidaire

 

Né en 83, les Clubs d’investisseurs pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire (CIGALES) se sont constitués pour favoriser les projets alternatifs de création d’activité.

 

Nature des projets soutenus

Les CIGALES apportent un soutien financier sous forme de participation au capital de petites entreprises. C’est sur la nature des projets que s’effectue avant tout la sélection : l’activité respecte-t-elle des dimensions écologiques ? Culturelles ? Sociales ? Est-elle d’utilité sociale ?

Plus globalement, elles retiennent des projets d’entreprises « respectueuses de la place de l’homme dans son environnement ».

 

Formes d’intervention

Les CIGALES investissent en prenant part au capital de sociétés (SA, SARL, SCOP) à hauteur maximale de 25% des SARL et de 33% des SA, de manière à ne pas détenir la minorité de blocage. L’apport du club peut servir d’amorce permettant d’obtenir le concours d’autres organismes financiers, il est de l’ordre de 25000F maximum en moyenne par club.

Dès lors qu’elles détiennent 5% du capital social, les CIGALES peuvent apporter un complément en Compte Courant d’Associé (CCA).

Même si ce n’est pas leur priorité, les clubs peuvent désormais soutenir des associations dont l’activité correspond à « l’esprit CIGALES ». Apport avec droit de reprise, achat d’obligations associatives ou prêt d’honneur dans le cadre d’une convention avec la fondation du Crédit Coopératif, ces moyens permettent d’élargir l’intervention des CIGALES aux entreprises associatives.

En revanche, la législation sur les clubs d’investisseurs ne les autorise toujours pas à financer les entreprises individuelles.

 

Un fonctionnement et une philosophie qui s’appuient sur une charte

Les CIGALES sont composées de 5 à 20 membres, ce sont des personnes physiques regroupées sous le statut de l’indivision volontaire.

Plus clairement, chacun fixe le montant de son épargne mensuelle entre 50 et 3000F. L’épargne ainsi collectée est investie collectivement dans les projets retenus.

La durée de vie d’un club d’investisseur est de 5 ans renouvelable une fois. Si elles le peuvent, les entreprises rachètent les parts et chaque membre récupère sa mise initiale.

 

Il ne s’agit pas seulement d’un outil qui permet épargne et investissement de proximité. L’originalité des CIGALES réside dans la dimension citoyenne de leur fonctionnement tel que décrit dans la charte* :

« C’est un outil qui, par l'engagement de ses membres, se place résolument au cœur de l'activité économique et financière, pour y développer des pratiques alternatives et solidaires de proximité:

·        maîtriser l'utilisation de son épargne gérer l'épargne autrement, de manière transparente, collective et démocratique, où chacun est à la fois responsable et solidaire, « 

Les rencontres mensuelles sont l’occasion de faire le point sur le montant de l’épargne, d’étudier les projets, d’échanger et de décider collectivement des investissements. L’investissement sous forme de participation au capital est un engagement fort, une prise de responsabilité individuelle et collective.

  • donner un sens économique et une pratique à la notion de proximité : rapprocher l'épargne de l'investissement pour un développement local durable,

Les notions de  proximité et de solidarité se traduisent par le financement de projets portés par des personnes qui ne trouvent pas le soutien des banques (bénéficiaires du RMI, Chômeurs de longue durée, …).  Elles se traduisent aussi par la priorité donnée à des projets qui répondent  à des besoins locaux.

  • développer une pratique différente de l'utilisation du capital: en faire un instrument d'accompagnement et d'appui aux entreprises cigalées dans un souci de réciprocité entre entrepreneurs et épargnants,

Les membres de la CIGALES peuvent mettre leurs compétences personnelles et professionnelles au service du créateur . Le soutien n’est pas que financier, il est aussi technique et moral. En ce sens, le créateur s’inscrit dans un réseau de personne qui portera le projet avec lui.

·        donner la priorité à des entrepreneurs dont les buts, au delà du nécessaire aspect financier, sont sociaux culturels, écologiques, c'est-à-dire respectueux de la place de l'Homme dans son environnement.

Les « petits projets » n’intéressent pas toujours les financeurs et d’autant moins quand « l’utilité sociale » n’apporte pas, a priori, un gage de solvabilité. Les CIGALES favorisent la création de ces activités par un coup de pouce au départ qui peut se traduire par un effet levier auprès d’autres financeurs. En soutenant des projets qui véhiculent des valeurs fortes, elles tentent aussi d’agir sur la société, tant au niveau local que national.

 

« En définitive, les CIGALES sont au carrefour de l'épargne de proximité, de l'épargne éthique et de l'épargne solidaire. Elles veulent contribuer à développer la citoyenneté active de leurs membres et par-là même à inciter à toujours plus de démocratie économique et de démocratie locale. »

Un mouvement national

Depuis 1985, les CIGALES se sont organisées en réseau national avec des structurations territoriales (région Ile de France, Nord Pas de Calais, Bourgogne, département d’Ille et Vilaine et de l’Essonne). Cette organisation permet le renouvellement des clubs par un appui à la création et au fonctionnement, elle vise également à faire évoluer l’outil.

Les regroupements régionaux permettent une meilleure mise en relation des porteurs de projets et des Cigales, des « bourses aux projets » sont par exemple animées en Ile de France.

Les personnes qui composent les clubs sont d’horizons divers, ce qui fait la richesse des échanges : chefs d’entreprises, agriculteurs, fonctionnaires, chômeurs, élus locaux,…

 

Limites de l’outil

Les clubs sont éphémères (5 ans) et ne sont pas présents sur tous les territoires, faute de mobilisation.

La difficulté principale est celle rencontrée dans les territoires ruraux où beaucoup de projets prennent la forme d’entreprises individuelles. Les « cigaliers » se retrouvent alors avec une épargne cumulée qu’ils ne peuvent pas investir dans des projets locaux.

Pour en savoir plus : www.cigales.asso.fr



* Les écritures en italique sont extraites de la Charte.

Créatrices et créateurs d'activités | Accompagnateurs
Elus et responsables locaux | Etudes | Témoignages et exemples | Contacts
Bibliographie | A propos de Diane | Quoi de neuf ?

http://www.globenet.org/diane

site réalisé grâce au concours du Fonds Social Européen
site créé à l'initiative des réseaux associatifs AFIP, PEC et FNFR