Accueil > Elus et responsables locaux > Le territoire : travailler à différentes échelles > L'activité aux différentes échelles du territoire

De la commune au pays, à chacun son rôle

(extrait de " Elus locaux : des tendances contrastées dans des contextes différents " in Territoires et création d'activité. Paris : AFIP-FNFR-PEC, 2000. 48p. 50F).

Les contrastes s'expriment dans les points de vue des élus, des créateurs et des responsables locaux. Les différences de comportement semblent être liées au degré d'avancement de l'intercommunalité. Rappelons que celle-ci a pris une longueur d'avance en Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Centre. Sa mise en place est dans l'ensemble plus lente dans la moitié sud de la France.

Dans les territoires structurés…

Dans les territoires déjà organisés, les acteurs misent avant tout sur les structures intercommunales, y compris sur les Pays en cours d'émergence. C'est l'avis par exemple d'un créateur en Poitou-Charentes. " Les maires sont des obstacles à dépasser car leurs discours dissuadent les initiatives. […] La planche de salut, c'est la structure intercommunale, le pays, qui dispose des ressources pour accompagner. " Ou encore cet élu : " Dans les petites communes, on gère les moyens, pas les projets. On s'en tient à ce qui est obligatoire. Le reste n'est pris en compte que s'il reste du temps et des moyens, ce qui est rare."

Dans les territoires bien structurés sur le plan intercommunal, les acteurs esquissent une répartition des rôles. " Le maire doit être en mesure d'orienter les porteurs de projet vers les structures compétentes pour le montage et le financement du projet. Il doit faire bénéficier le porteur de projet de son réseau de relations. Le maire doit prendre en compte les petits projets locaux, mais passer le relais pour les projets de grande ampleur. " Les élus communaux doivent être en situation d'écoute, y compris en sensibilisant les personnels communaux (secrétaire de mairie…) à exercer cette fonction. Avec aussi un rôle d'orientation vers des structures adaptées, comme la communauté de communes et le Pays. Le Pays apparaît à ceux qui ont le vent en poupe, notamment les personnes qui ont un projet d'emblée bien défini et reconnu par les institutions, comme " l'échelle la mieux adaptée " pour assurer le développement économique. " Les maires ont le premier contact avec le porteur du projet. Ce dernier est aiguillé vers le chargé de mission Développement économique du syndicat du Pays pour le montage. "

Là où l'intercommunalité est moindre…

Dans les territoires où l'intercommunalité peine à s'organiser, la commune garde toute son importance. Comme le dit une créatrice : " Dans les petites communes, les gens sollicitent d'abord le maire. Il apporte une caution morale. Il joue un rôle important pour trouver des locaux ou des moyens financiers. " Un maire souligne l'importance de cette relation de proximité et de confiance : " Les gens me connaissent, ils savent qu'ils peuvent compter sur moi ". Tel autre maire, par ailleurs vice-président de communauté de communes, met en avant la connaissance de son village. Il se dit " parfaitement informé des mouvements et initiatives sur sa commune (nouveaux venus, désirs, idées de tel ou tel habitant…) ". Cette proximité et cette connaissance permettent aux élus communaux d'être les " interprètes " des projets, favorisant ainsi leur expression et leur compréhension par les interlocuteurs institutionnels.

Partout un besoin de proximité

Le soutien des élus de proximité n'est pas seulement nécessaire dans les territoires à faible niveau de structuration intercommunale. Les points de vue recueillis dans les pays organisés révèlent un risque qui réside dans une tendance à sélectionner les initiatives de façon prématurée. Le niveau communal paraît déconnecté de la " dynamique de projet ". Les " entreprenants " évoquent le Pays comme " la bonne échelle " pour utiliser les fonds européens, nationaux ou régionaux. Le niveau communal joue le rôle de " premier tour des qualifications ". Les mieux informés ne passent même pas par le niveau communal et s'adressent directement à la communauté de communes ou au Pays pour y trouver un appui sur un projet déjà relativement clair.

Cependant, on est loin du premier soutien à la personne qui tâtonne pour monter son activité. Pour certaines personnes, le niveau communal est crucial. Elles y cherchent un premier encouragement, mais elles se trouvent souvent en face d'élus communaux qui ont plutôt tendance à les décourager. En effet, les " élus développeurs " misent souvent sur le niveau intercommunal. Ils estiment que " c'est là que ça se passe ". Conséquence : les porteurs de projets risquent de se casser les dents sur des élus communaux peu réceptifs à la dynamique de projet, d'autant que les moyens ne sont pas prévus au niveau communal pour soutenir la création. Par exemple, un " maire développeur " indique qu'il a décidé de s'investir comme président de communauté de communes afin d'avoir accès à d'autres compétences pour mieux agir sur le développement local.

Quel rôle jouera le maillon communal dans la construction des intercommunalités ? La mise en place des Pays n'est-elle pas l'occasion de sensibiliser les maires à la spécificité de leur rôle de soutien " de proximité " aux porteurs de projet ? Les Pays ne doivent pas être l'échelon des seuls " gagnants ", ceux dont le projet fait d'emblée l'unanimité par rapport aux critères du " bon projet ". Il existe en effet un risque de voir les projets les mieux " ficelés " être d'emblée présentés au niveau du Pays, là où sont rassemblés les principaux moyens disponibles pour la création. En revanche, les projets balbutiants ne seront jamais pris en considération par ce niveau. Il faudrait en conséquence qu'ils bénéficient d'un accompagnement plus local afin de mûrir et de se renforcer. Un tel soutien devrait notamment bénéficier aux porteurs éprouvant des difficultés spécifiques. C'est le cas des femmes - en termes de disponibilité -, c'est aussi le cas des salariés ou chômeurs en situation précaire qui sont de plus en plus nombreux parmi les créateurs.

Créatrices et créateurs d'activités | Accompagnateurs
Elus et responsables locaux | Etudes | Témoignages et exemples | Contacts
Bibliographie | A propos de Diane | Quoi de neuf ?

http://www.globenet.org/diane

site réalisé grâce au concours du Fonds Social Européen
site créé à l'initiative des réseaux associatifs AFIP, PEC et FNFR