Accueil > Elus et responsables locaux > Enjeux et rôles > L'enjeu des services de proximité en milieu rural

L'enjeu des services de proximité en milieu rural

Au moins trois raisons militent en faveur du développement des services de proximité en milieu rural.

* Il n’est plus guère possible de distinguer les attentes et aspirations des ruraux de celles des urbains. Ainsi, les territoires ruraux ne se situent pas à l’écart d’une tendance générale à la tertiarisation des activités et à « l’achat de temps » (par exemple, les plats préparés sont de plus en plus souvent préférés aux légumes à éplucher). De plus, qu’ils soient « de souche » ou « néo-ruraux », ceux qui vivent à la campagne n’ont aucune raison d’être moins exigeants que d’autres sur la qualité de l’enseignement, des activités périscolaires, des prestations médico-sociales, des manifestations culturelles, des transports, des télécommunications...

* Par ailleurs, les nouveaux résidents qu’accueillent nombre de territoires ruraux sont souvent très demandeurs de services de proximité. En effet, ces nouveaux arrivants comptent des proportions importantes de retraités et de jeunes parents continuant à travailler en ville. Cependant, les foyers à la fois aisés et demandeurs de prestations ne sont pas seuls à migrer vers la campagne : moins bien lotis financièrement et ayant plus particulièrement besoin de certains types de services (dans les domaines de l’emploi, de la formation des adultes, de l’aide sociale, de l’aide à la mobilité...), des chômeurs, des RMistes ou des mères isolées se trouvent plus ou moins « exclus de la ville » ou bien estiment avoir plus de chances de s’en sortir en milieu rural.

* Enfin, outre cette fonction d’accueil permanent, le milieu rural ne cesse de voir croître sa fonction d’accueil temporaire. Cette réalité est bien connue dans sa dimension touristique, mais elle est également importante dans un registre socio-sanitaire.

 

L’inquiétude des maires

En 1996, Mairie-conseils (CDC) a exploité les réponses de 1 050 maires de petites communes qui avaient répondu à un questionnaire portant sur le thème des services. 56% d’entre eux jugeaient que, dans leur commune, ces services étaient « juste suffisants », 26% les estimaient « plutôt insuffisants » et 3% « tout à fait insuffisants ». De manière générale, il ressortait qu’une commune est d’autant moins satisfaite des services en milieu rural qu’elle possède peu d’habitants.

Les services que les maires redoutent le plus de voir disparaître localement sont, par ordre décroissant, la poste (21% des maires ayant répondu), un commerce (11%), une gare ferroviaire (11%), une école primaire (9%), un hôpital (7%) et un bar (3%).

Par ailleurs, les services qui, d’ores et déjà, font le plus défaut aux habitants de la commune sont un commerce (28%), des moyens de transports collectifs (19%), des dispositifs de soins aux personnes âgées (10%), une crèche ou une garderie (7%), des équipements sportifs (5%), une pharmacie (5%) et un foyer pour les jeunes (4%).

 

Créatrices et créateurs d'activités | Accompagnateurs
Elus et responsables locaux | Etudes | Témoignages et exemples | Contacts
Bibliographie | A propos de Diane | Quoi de neuf ?

http://www.globenet.org/diane

site réalisé grâce au concours du Fonds Social Européen
site créé à l'initiative des réseaux associatifs AFIP, PEC et FNFR