Une mobilisation progressive


Deux mille personnes environ ont participé directement aux travaux des Assises, en contribuant effectivement à la rédaction d'une contribution ou en prenant part à différentes manifestations. Ceci doit d'ailleurs être apprécié non seulement par le nombre et la qualité des participants, mais aussi par sa diversité géographique et institutionnelle. En effet, dix régions françaises ont été associées au processus, et les manifestations ont vu la présence de représentants d'OSI et collectivités territoriales de toutes tailles.

Mettre en présence les représentants des différentes familles d'acteurs ne suffisait pas à créer les conditions d'un débat. C'est pourquoi les initiateurs des Assises ont voulu faire de celles-ci un processus qui accompagne une mobilisation progressive mais durable.

Il fallait donc du temps : démarrées à l'automne 1996, elles connaissent un point culminant avec la manifestation des 17 et 18 octobre. Il fallait ensuite organiser la rencontre entre des personnes et des organisations appelées à collaborer : décision a été prise d'en appeler aux acteurs régionaux et de les aider à tenir des Assises régionales, sous leur responsabilité. Il fallait enfin consigner les éléments de réflexion sur les enjeux thématiques de la solidarité : un ensemble de groupes thématiques a été mis en place, sous la responsabilité d'une organisation " tête de file ", aboutissant à autant de contributions fruits d'un travail collectif.