Conclusion, par Jacques Pelletier


Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,
Mesdames et Messieurs les Élus locaux,
Messieurs les Présidents et Mesdames,
Mes Chers Amis,

Au moment où nous allons terminer ces Assises, je voudrais, avant de tirer quelques conclusions, exprimer mes plus chaleureux remerciements à tous ceux qui ont participé à nos réunions.

Grâce à votre présence massive, vous avez fait de ces deux journées de travail un événement. Ma gratitude va également à tous ceux qui auraient voulu être ici mais qui ne l'ont pas pu. Je pense notamment aux nombreux militants qui se sont mobilisés pour que toutes les Assises, régionales ou nationales, soient un succès.

Merci également à vous, Monsieur le Ministre, d'avoir été aussi présent parmi nous. Nous savions que notre mouvement vous intéressait puisque vous deviez, en tant que responsable d'un département, présider une de nos Assises régionales. Le cours de la vie politique a fait que vous allez conclure nos Assises nationales ; je m'en réjouis. Jusqu'au dernier moment, nous avons cru qu'en dépit de ses charges écrasantes, Lionel Jospin pourrait venir discuter quelques instants avec nous. Vous connaissant, je suis sûr qu'au moment où le Gouvernement va définir ses choix fondamentaux en matière de politique de coopération, vous saurez retransmettre au Premier ministre l'essentiel de nos travaux.

Que peut-on retenir de ce vaste travail commencé il y a dix-huit mois, qui a mobilisé à travers toute la France plusieurs milliers de personnes provenant de tous les horizons (organisations de solidarité internationale, collectivités locales, économie sociale, organisations socio-professionnelles, recherche, éducation…) ?

A titre personnel, je regrouperai les conclusions autour de trois thèmes :