Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs
21 ter rue Voltaire - 75 011 PARIS
Tél. : (33) 01 43 71 22 22 - Fax : (33) 01 44 64 74 55
Courriel : aitec@globenet.org
Accueil
Nouveautés
Calendrier international
Agenda France

Points de vue et contributions

Chantiers en cours : 
    * La question mondiale
    * Service public
    * Questions urbaines
    * Solidarité internationale

CFIE
Centre Français d'Information sur les Entreprises
Contact :
CFIE
19 rue des Trois-Frères - 75018 Paris
Tél : 01 46 06 07 08 - Fax : 01 46 06 05 06 
Origine : L'accélération de la concurrence et la mondialisation de l'économie relègue l'individu à une place accessoire. On constate depuis quelques années que croissance économique ne rime pas nécessairement avec progression de l'emploi. On constate même qu'un certain type de croissance économique peut garder de l'exclusion : l'OCDE, l'INSEE, le FMI ont admis que progrès technologique et compétition exagérée sont les deux principaux facteurs du chômage dans les pays économiquement développés. La compression des coûts a été à l'origine de catastrophes écologiques ou humanitaires extrêmement graves : Bhopal, Seveso, Sandoz, Exxon Valdez, Tchernobyl... Des millions d'individus et des milliers d'organisations associatives ou autres dans le monde, préoccupés par ces questions, ne disposent d'aucune information fiable sur la réalité des conséquences environnementales et sociales de l'activité des entreprises.

La société civile (consommateurs, organisations écologiques ou humanitaires, actionnaires, syndicats, opinion publique, communautés locales...) s'organise pour pousser les entreprises à fournir une information plus transparente et sincère. Leurs points de vue sont pris en considération par les entreprises qui accroissent leurs moyens pour améliorer leurs relations avec leur environnement ou prévenir les risques liés à leurs activités. Les responsables de ces entreprises acquièrent la certitude que la prise en compte de critères environnementaux et sociaux dans leurs modes de management apportent des avantages en terme d'image, de qualité, de vision globale de l'activité, de limitation des risques, etc. 

 

Objectif : Un outil pour améliorer les relations entre la société civile et les entreprises.
L'environnement de l'entreprise est vivant, composé d'individus qui s'organisent pour vivre en communauté. Il importe donc à toute organisation cherchant à prendre en considération les dimensions sociales et environnementales de son activité, d'être à l'écoute des préoccupations des individus qui la composent ou qui l'entourent. Une telle démarche ne va pas de soi. Le dialogue est souvent brouillé par la divergence des intérêts ou par une mauvaise interprétation des intentions des uns et des autres. L'ignorance est souvent un facteur essentiel dans l'échec des échanges entre entreprises et société civile.

Quelques raisons pour intégrer les valeurs environnementales et sociales dans les méthodes de management des entreprises :

  • Les responsables sont de plus en plus conscients que, dans un monde complexe, il importe d'avoir une vision globale des entreprises qu'ils dirigent. Cette globalité doit intégrer l'environnement des entreprises. Une telle approche permet ainsi d'éviter des dysfonctionnements coûteux.
  • L'environnement (ressources naturelles, capitaux, salariés, consommateurs, fournisseurs, communautés locales, opinion publique...) nécessaire au développement n'est pas inépuisable. Il est donc indispensable de le préserver, d'adopter une attitude de partenariat à son égard pour éviter un alourdissement des coûts nécessaire à son renouvellement.
  • Une telle vision peut induire des effets positifs sur la qualité des produits et des services offerts. Dans un contexte économique de plus en plus compétitif où l'obtention de nouvelles parts de marché devient de plus en plus difficile, la qualité est un facteur essentiel dans les stratégies de développement.
  • Une vision systémique du binôme entreprise-environnement permet également de mieux cibler les messages vers l'extérieur et, en conséquence, d'améliorer l'image de l'entreprise. L'expérience démontre qu'il est toujours très long et très difficile de restaurer une image dégradée. L'objet générique de l'entreprise consistant à considérer cette dernière comme créatrice de richesses ne suffit plus à lui seul à justifier son rôle social. Dès lors, d'autres questions se posent : quels types de richesses créer ? Comment doivent-elles être réparties ?
  • La plupart des valeurs traditionnelles des entreprises ne permettent plus à leur salariés de s'y reconnaître. Les entreprises ne sont plus les acteurs essentiels en matière de création d'emplois, ni le lieu d'épanouissement social des individus. Une prise en compte des valeurs sociales et environnementales permettent de concrétiser un projet, de forger leur identité et d'accroître l'adhésion des salariés.
 
Activités : Pour parvenir à ses objectifs, le CFIE a entrepris de :
  • définir des critères précisant les priorités sociales et environnementales des entreprises. Le CFIE a classé ces critères en cinq domaines : 
    • Les activités des entreprises (produits, services) ;
    • Les implications écologiques ;
    • Les relations sociales et les partenariats économiques ;
    • Les relations avec les communautés, les collectivités locales, les Etats ;
    • Le management (les relations de pouvoir, la qualité de l'information) ;
  • promouvoir ces critères. Pour y parvenir, le CFIE est à l'écoute des acteurs de la société civile : organisations de défense des actionnaires individuels, de consommateurs, de solidarité, de défense des droits de l'Homme, organisations syndicales, communautés locales...
  • établir un dialogue et des contacts soutenus avec les entreprises françaises et notamment celles qui composent le panel-CFIE.
  • fournir une information pertinente et actualisée à toute personne ou organisation désireuse de promouvoir les valeurs relatives à la responsabilité sociale et environnementale des entreprises.
Le CFIE met à disposition des personnes et des organisations les services suivants :
  • Impact Entreprises, une lettre bimestrielle destinée au grand public
  • Des analyses spécifiques sur commande
  • Des études précises sur un panel de 9 entreprises telles que Renault, PSA, Rhône-Poulenc, Elf Aquitaine, Total, Alcatel, Lyonnaise des Eaux, Générale des Eaux, Bouygues
  • Un système de veille sur des sujets précis
  • Des tables-rondes et des séminaires 
ENTREPRISES ; MONDIALISATION ; EXCLUSION ; SOCIETE CIVILE. ENVIRONNEMENT ; SOCIAL ; RESPONSABILITE

Fiche rédigée par le CFIE, mars 1998


Retour

Accueil

Début de page