Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs
21 ter rue Voltaire - 75 011 PARIS
Tél. : (33) 01 43 71 22 22 - Fax : (33) 01 44 64 74 55
Courriel : aitec@globenet.org
Accueil
Nouveautés
Calendrier international
Agenda France

Points de vue et contributions

Chantiers en cours
    * La question mondiale
    * Service public
    * Question urbaines
    * Solidarité internationale

ACAD - Association de coopération entre acteurs du développement
Contact :
Mireille MURAWSKY - association ACAD
37 bd Matabiau 31000 Toulouse
F/ 05 61 32 14 04
Objectif Agir pour un développement urbain concerté
L’Association de Coopération entre Acteurs du Développement née en février 1997, a pour objectif de favoriser la coopération entre acteurs du développement social et urbain, entre ceux qui ont pour terrain d’intervention cette complexité de l’espace urbain des pays en voie de développement.

Les citoyens, mosaïque d’identités multiples, déploient dans l’espace urbain des initiatives collectives ou individuelles, tissent des sociabilités et des réseaux de diverses natures. A côté de ces multiples acteurs privés, la puissance publique par son rôle de régulation, entre en interaction constante avec l’initiative privée, quelle soit de nature entrepreneuriale ou citoyenne.

Que ce soit dans les pays du Sud en voie d’urbanisation ou dans ceux du Nord, l’espace urbain est le théâtre de conflits plus ou moins apparents entre les acteurs privés et plus particulièrement les habitants, et les pouvoirs publics. . C’est en plein cœur des stratégies de maîtrise du développement urbain, et des initiatives d’amélioration des conditions de vie des citadin(e)s, déployées par la diversité des acteurs de la Ville, que l’ACAD entend agir.

Genèse Au cours d’expériences de terrain effectuées en Argentine et en Uruguay dans le cadre du Programme Solidarité Habitat, nous avons pu constater la difficulté à mettre en œuvre des pratiques de concertation qu’ont les différents acteurs du développement urbain Ces acteurs sociaux issus d’horizons multiples n’articulent que très rarement leurs actions respectives. Les raisons en sont nombreuses : cultures professionnelles cloisonnées, préjugés politiques et sociaux, désir de voir primer sa propre légitimité, crainte de perdre son indépendance ou de dilution de sa part de pouvoir…Cela se traduit par des incohérences multiples du développement urbain, par un fossé grandissant entre le citoyen et le politique, voire par la disparition même de l’espoir en des solutions collectives, par l’impossibilité d’échanger des expériences et de confronter des idées.

Ce constat, que l’on peut faire dans les pays développés, se vérifie, d’autant plus dans les pays du sud , que les pratiques de concertation et de contractualisation y demeurent embryonnaires. Ce déficit est un réel obstacle à l’amélioration des conditions de vie des habitants. 

Finalités Vers une relation entre « Co-opérateurs »

C’est sur ce constat que s’est fondée l’ACAD, qui se veut initiatrice de réseaux, de mise en synergie des actions sur un territoire donné. Il s’agit avant tout de briser cette logique de défiance qui empêche la mise en œuvre de solutions collectives à la question urbaine. L’ACAD a pour objectif, à travers une problématique d’ingénierie sociale, d’obtenir que chaque intervenant sur un territoire donné obtienne la reconnaissance de ses partenaires, reconnaissance de sa légitimité et de sa spécificité.

Lors du sommet « Habitat II » organisé par l’O N U à Istanbul, les Associations Françaises de Solidarité Internationale avaient défendu l’idée que les fondements d’une politique de développement urbain devraient être « le développement durable, l’égalité, la citoyenneté, la solidarité », formule indissociable. Et elles ajoutaient que ces objectifs ne sauraient être atteints que si l’action est fondée sur le partenariat, par la constitution de rapports de coopération nouveaux : entre les organismes internationaux, les habitants organisés qu’on doit reconnaître comme acteurs à part entière de leur cadre de vie, les acteurs économiques, et les pouvoirs publics centraux ou locaux. 

Dans ce cadre, la notion de « projet » est primordiale. Le but de l’ACAD est d’apporter aux acteurs locaux un appui tant technique que financier au montage de projets de développement urbain prenant en compte à la fois la globalité des problématiques et la nécessité de travailler dans la durée.
Ainsi la vocation de l’ACAD est d’aider à l’émergence et à la réalisation de ces projets et de leurs porteurs..

Le développement urbain ne saurait s’accorder avec une conception qui nous ferait « débarquer » au Sud avec un savoir-faire livré « clés en mains » , ou qui s’apparenterait à de l’assistance. Notre rôle spécifique est, non pas de se substituer aux opérateurs de terrains mais bien de reconnaître l’existence d’acteurs potentiels. Il s’agit de créer des relations de respect, d’échanges et de réciprocité entre « co-opérateurs » qu’ils soient du Sud ou du Nord. Pour cela l’ACAD souhaite favoriser l’émergence d’opérateurs, insérés dans leur territoire urbain (quartier, ville….), et de leur permettre de se former, de disposer de ressources, de réseaux et de savoir-faire nécessaires à l’aboutissement du projet.

DEVELOPPEMENT URBAIN ; VILLE ; RELATIONS NORD-SUD ; CO-OPERATEURS

Fiche rédigée par ACAD, 1999


Retour
Accueil

Début de page