Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs
21 ter rue Voltaire - 75 011 PARIS
Tél. : (33) 01 43 71 22 22 - Fax : (33) 01 44 64 74 55
Courriel : aitec@globenet.org
Accueil
Nouveautés
Calendrier international
Agenda France

Points de vue et contributions

Chantiers en cours
    * La question mondiale
    * Service public
    * Questions urbaines
    * Solidarité internationale

POINTS DE VUE ET CONTRIBUTIONS
 
La question mondiale


Le système 
 

1/ Le pouvoir

En 1998, au crépuscule du siècle et de sa propre vie, Julius Nyerere discuta avec l'état-major de la Banque Mondiale à Washington. Ce champion de l'unité africaine avait gouverné la Tanzanie pendant vingt ans, depuis l'indépendance jusqu'à 1985 et avait appliqué une politique basée sur l'agriculture communautaire, la propriété sociale et l'autodétermination.

Pourquoi avez-vous échoué?, lui demandèrent les experts de la Banque Mondiale.

Nyerere répondit:

L'Empire britannique nous laissa un pays qui avait 85% d'analphabètes, deux ingénieurs et douze médecins. Lorsque j'ai quitté le gouvernement, nous avions 9% d'analphabètes et des milliers d' ingénieurs et de médecins. J'ai quitté le gouvernement il y a treize ans. Notre revenu par tête était alors le double de ce qu'il est aujourd'hui; et maintenant, nous avons un tiers d'enfants en moins dans les écoles et la santé publique et les services sont en ruine. Au cours de ces 13 années, la Tanzanie a fait tout ce que la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International lui ont exigé de faire.

Et Julius Nyerere retourna la question aux experts de la Banque Mondiale:

Pourquoi avez-vous échoué?

2/ Les modèles

Arts de magie de l'ère cybernétique: Bill Gates qui jusqu'à hier ne possédait rien du tout et par conséquent n'était rien du tout, est devenu en un clin d'oeil le numéro un du genre humain.

Ses clones offrent aussi un exemple à imiter pour les enfants et les jeunes du monde, même dans le Tiers Monde. En Uruguay, le modèle est le jeune chef d'entreprise Fernando Espuelas, créateur et propriétaire de Starnet, qui brille dans la zone latino-américaine des cieux d'Internet.

Les médias locaux ont diffusé, dans un grand élan patriotique, la biographie de cet homme qui prouve que les Uruguayens eux aussi peuvent réussir. Fernando portait, depuis tout petit, de la graine de vainqueur. Il commença sa carrière à six ans, en louant ses jouets aux enfants du quartier, à des tarifs à l'heure ou à la journée. A dix ans, il avait déjà fondé une compagnie d'assurance et une banque: il assurait le matériel scolaire contre les vols et les accidents et prêtait de l'argent à intérêt à ses compagnons de classe.

3/ La main dure

George Bush, fils du Bush qui envahit le Panama et effaça presque l'Iraq de la carte du monde, est le favori dans la course à la présidence de la planète. Bien que ses discours parlent de compassion, le prestige du junior provient de sa main dure. Lorsqu'il était gouverneur du Texas, capitale mondiale de la peine de mort, Bush envoya cent personnes à la mort sans sourciller. Certains croiront peut-être, qui sait?, que telle est la solution au problème de la surpopulation dans les prisons. Aux Etats-Unis, qui est, on peut le dire, la plus grande prison du monde, il y a vingt millions de prisonniers de plus qu'en Chine qui a une population quatre fois plus importante.

Depuis toujours et maintenant aussi, le candidat républicain s'oppose à tout contrôle dans la vente d'armes. Bush est le plus fervent allié de Charlton Heston qui abandonna Hollywood pour occuper le poste principal de la National Riffle Association où il défend le droit à acheter des armes comme s'il s'agissait d'Aspirine. La délinquance menace et oblige à tirer d'abord et à parler ensuite.

Les armes à feu tuent treize enfants américains par jour. L'âge des assassins et de leurs victimes baisse de plus en plus. Les protagonistes du cas le plus récent dont on a tant parlé, avaient six ans. A ce rythme là, les bébés vont bientôt se disputer leur sucette à coup de feu.

4/ La guerre

A la veille de la guerre contre la Yougoslavie, le Département d'Etat des USA a informé qu'un demi-million d'Albanais avaient été assassinés par les Serbes au Kosovo, ce qui était intolérable pour la conscience humanitaire du monde. La guerre était inévitable. Les bombardements avaient déjà commencé lorsque le secrétaire à la Défense, William Cohen, déclara que les Albanais assassinés étaient au nombre de cent mille.

A la fin de la guerre, un communiqué officiel de l'OTAN réduisit le chiffre à dix mille.

Selon de bonnes sources militaires, citées par la presse américaine plus récemment, les victimes albanaises seraient au nombre de sept mille.

5/ Les médias

Albert Einstein fut élu l'homme du siècle par de puissants médias de plusieurs pays.

Les élégies chantées en son honneur oublièrent de mentionner un détail: ce génie de la science était socialiste et avait une triste opinion du système capitaliste. L'oubli avait été prophétiquement expliqué par Einstein lui-même dans un article qu'il publia en Mai 1949 dans le premier numéro de la revue Monthly Review: Dans les conditions actuelles, les capitalistes privés contrôlent inévitablement, directement ou non, les principales sources d'information (presse, radio, éducation). Il est donc extrêmement difficile  et pratiquement impossible, que le citoyen parvienne à des conclusions objectives et puisse faire un usage intelligent de ses droits politiques.
 

Eduardo Galeano
Paru pour la première fois dans le Correo Informativo ATTAC n°30
informativo@attac.org
Traduction Françoise Chuffart. Traductrice bénévole
coorditrad@attac.org


 

Retour

Accueil

Début de page