Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs
21 ter rue Voltaire - 75 011 PARIS
Tél. : (33) 01 43 71 22 22 - Fax : (33) 01 44 64 74 55
Courriel : aitec@globenet.org
Accueil
Nouveautés
Calendrier international
Agenda France

Points de vue et contributions

Chantiers en cours
    * La question mondiale
    * Service public
    * Questions urbaines
    * Solidarité internationale

SERVICE PUBLIC
 
Séminaire théorique "Service public et mondialisation"
  
La légende libérale ou une généalogie du capitalisme
 
Ce texte met l'accent sur la nécessité d'une vision de longue durée. En effet, la légende libérale (c'est-à-dire le mythe des origines, forgé par les économistes classiques) fait naître le marché comme institution autonome à partir du XVIème siècle. Or, si l'on veut comprendre les relations entre État et marché, la place des services publics…, il faut remonter au haut Moyen-Âge où les jeux sont faits. Du désastre résultant de l'écroulement de l'Empire romain, naissent les institutions caractéristiques de la modernité :
-  les États-nation modernes, avec les rois «empereurs en leur royaume»
-  la laïcité, résultat d'une défaite mémorable de l'Église face aux rois,
-  les cités-État souveraines, les villes de l'intérieur munies de libertés,
- la propriété privée, échappée par miracle à l'avidité de l'autorité politique et mère du Capital, un concept économique d'origine politique,
- les dynasties marchandes porteuses du Capitalisme, un fait social total et d'emblée mondial,
- Le service public, héritier lointain de l'Église, envers bienveillant de la puissance publique et source du droit public.

Toutes ces conséquences sont liées en un Tout ; c'est l'ordre social inventé par l'Europe, fruit des compromis entre des forces sociales (bourgeoisie, propriétaires fonciers, classe administrative, classe ouvrière, etc…) ordre complexe et toujours remis en question.

 
THEMES DEBATTUS

- Est-ce que toute richesse privée n'est que délégation (temporaire) de la puissance publique ?
- La richesse privée et la richesse publique sont-elles de même nature ? Si oui comment traiter la question des externalités ?
- Entre le début du moyen-âge et le passage au capitalisme, est-il possible de distinguer trois modes d'exploitation différents ; l'esclavage, le servage, le salariat ? En ne s'intéressant qu'au captage de la richesse, le texte ne fait-il pas l'impasse sur sa production ?
- Quelle définition retenir de la valeur ? le texte évoque celle de Saint Thomas d'Aquin : la valeur n'existe pas en dehors d'une estimation par la communauté entière. N'y a-t-il pas d'autres approches de la valeur sociale ?
- La construction de l'Union Européenne n'est-elle que la reconstitution du Saint Empire Romain Germanique ?
- Le service public qui a pris son essor à la fin du 19° siècle n'est-il qu'un prolongement des fonctions de l'Église ? Plus généralement comment articuler la nécessité de l'étude de l'Histoire longue avec la connaissance de la moyenne et courte période, ainsi qu'avec l'analyse des spécificités nationales ?

(Cette liste de questions a été établie sans que soit parvenue la retranscription du débat, il ne s'agit donc que d'une ébauche)

Intervention de François FOURQUET, Université Paris VIII - Saint Denis


 

Retour

Accueil

début de page