Deux journalistes du Dauphiné Libéré intentent une procédure en référé contre Globenet
Cette assignation fait suite à une plainte pour injure et diffamation contre X déposée le 1er (...)
Pas de réunion du mardi ce mois de juillet 2011
Les bénévoles actifs pendant l’été étant pour la plupart aux RMLL en ce deuxième mardi de juillet (...)
Mise à jour des services mutualisés
Globenet met à jour ses services d’hébergement
Globenet déménage le 9 mars 2013 — coupure de service
Un grand changement est en cours à Globenet, nous quittons le site Voltaire de Telehouse pour (...)
Globenet et la faille Heartbleed
La semaine dernière une faille dans le logiciel OpenSSL a été découverte, elle porte le nom (...)
Une boîte noire découverte dans la baie Gitoyen
Une boîte noire. C’est ce qu’on découvert cette nuit dans la baie de Gitoyen des bénévoles lors (...)
D'autres articles
Déclaration commune contre la rétention de données
Globenet co-signe cette déclaration de plusieurs collectifs de services en ligne, dans le cadre de la journée freedom not fear.

En tant qu’hébergeurs, la rétention des données de connexion nous est imposée par la directive 2006/24/EC de l’Union Européenne. Nous voulons sa suppression, car celle-ci instaure la surveillance préventive de toutes les communications électroniques : e-mail, appels téléphoniques et autres échanges numériques.

Imaginez que les services postaux gardent trace de toute personne vous envoyant du courrier ; quand ; qui ; comment ; oû. C’est exactement ce qui est en train de se passer sur l’Internet, en ce moment même !

En tant qu’intermédiaires techniques, nous sommes contraints de stocker ces données liées à vos communications. Cependant, il est hors de question que nous nous transformions en auxiliaires de police. Nous entendons faire tout ce qui est en notre possible pour ne pas contribuer à cette attaque contre la vie privée, et encourageons tout le monde à jeter du sable dans cet engrenage !

Nous continuerons à nous battre contre la rétention de données de quelque manière que ce soit, et soutiendrons celles et ceux s’efforçant de faire de même !

Signataires :

• aktivix.org
• all2all.be
• alterezo.be
• blacksec.org
• brasil indymedia tech collective
• blogxpopuli.org
• boum.org
• cassiopea.org
• domainepublic.net
• effraie.org
• espace4you.org
• free.de
• geeknode.org
• globenet.org
• hacklab.dk
• herbesfolles.org
• immerda.ch
• lautre.net
• linefeed.org
• moviments.net
• mutins.net
• nadir.org
• no-log.org
• nodo50.org
• open-web.fr
• poivron.org
• puscii.nl
• rezo.net
• riseup.net
• samizdat.net
• so36.net
• squat.net
• systemausfall.org
• systemli.org
• tachanka.org
• toile-libre.org
• ...

[1] Vous trouverez plus d’information sur le site en question, les articles concernés s’intitulent : « Nous on veut vivre », « Baccalauréat 2008, Épreuve de Français. Analyse d’article », « L’association Antigone perquisitionnée par la gendarmerie », « Indymedia Grenoble : Des journalistes portent plainte pour diffamation et la justice s’emballe », « Définitivement Daubé ? Mais qui a dit que la police et les journalistes bossaient ensemble », « Plainte pour diffamation contre Indymedia : les auteurs du texte litigieux rompent le silence ».

[2] Le café bibliothèque/librairie Antigone a notamment été perquisitionné dans le cadre de cette procédure judiciaire. Vous trouverez leur communiqué de presse sur leur site.

[3] Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale, anciennement connu sous l’acronyme ’Stic’

[4] D’après le procès verbal de la commission rogatoire, la perquisition du serveur n’a pas permis d’identifier les membres du collectif Indymedia Grenoble, les données d’authentification étant chiffrées.

[5] L’IANA et l’ICANN maintiennent des bases de données mondiales de l’ensemble des délégations d’adresses IP et des noms de domaine